Trois choses à savoir avant de rénover une longère dans les Hauts-de-France

EXTENSION 02  - G

Vous êtes amoureux de bâtisses anciennes ? Le charme des vieux murs vous fait rêver ? Bretonne, normande ou picarde, la longère offre de belles opportunités de réhabilitation.
Cette habitation typique possède ses caractéristiques propres, qu’il convient de connaître. Avant de vous lancer dans la rénovation d’une longère, voici quelques conseils pour mener à bien votre projet.

Au programme de cet article

Une longère, qu’est-ce-que c’est ?

Cette bâtisse rurale est caractéristique de la campagne normande et bretonne. Initialement habitée par les classes rurales modestes, sa construction s’est développée au 19ème siècle.
Par définition, une longère est une « maison longue ». Son architecture, en enfilade et souvent de plain-pied, la distingue au premier coup d’œil. Les ouvertures sont généralement orientées au sud, pour bénéficier au maximum de la lumière extérieure. La façade nord en est dépourvue afin de protéger la maison des intempéries.

Les matériaux utilisés sont locaux. Les murs d’une habitation bretonne sont majoritairement en granit, et son toit est en ardoises. Alors qu’en Normandie, il pouvait être autrefois recouvert de chaume. En revanche, la normande est à colombages : des murs à ossature de bois, remplis par du hourdage.

Comment rénover une longère ?
3 choses à réaliser avant de commencer

Un diagnostic environnemental

Cette étape est primordiale. L’habitation est-elle construite sur un terrain inondable ? L’évacuation des eaux pluviales est-elle convenable ? Ces points de vigilance sont importants, car une longère est une architecture bâtie sans fondation, souvent en zone humide. Le cas échéant, il faudra envisager un système de drainage adapté.

Un état sanitaire du bâtiment
L’état de la structure est à vérifier. Ainsi que l’isolation, l’étanchéité et la ventilation. Contrairement à l’habitat moderne, les matériaux utilisés dans l’habitat ancien sont poreux. Il est donc important de vérifier les impacts éventuels de l’humidité. Les remontées capillaires et l’état de dégradation des façades doivent être étudiés avec attention. Les infiltrations d’air autour des huisseries sont prendre en compte. Elles peuvent être la source d’importantes déperditions énergétiques. La toiture, la charpente, le réseau électrique, la plomberie et l’assainissement méritent une attention particulière.
Une réflexion sur l’espace intérieur
L’intérieur des longères est souvent le résultat d’une enfilade de petites pièces peu éclairées. Il est souvent nécessaire de décloisonner et percer des ouvertures pour la transformer en longère contemporaine au goût du jour. Créer une grande pièce à vivre ou réaménager les combles en chambres cosy ne se font pas à la légère. Il faut faire réaliser une étude de structure avant d’abattre des murs. Et agrandir les fenêtres ne peut pas se faire sans demande d’autorisation administrative. Idem lorsqu’il s’agit de construire une extension de longère. L’état des lieux d’un bien immobilier est une étape cruciale pour se faire une idée de l’ampleur des travaux. Le plus sûr est de faire appel à des spécialistes. Cela vous évitera les mauvaises surprises et les dérapages de budget. Il en va de même pour le réagencement de l’intérieur. Un cabinet d’architecture sera certainement le meilleur conseiller pour vous accompagner tout au long de ce parcours passionnant.

Rénover une longère : pourquoi pas dans les Hauts de France ?

Trouver une longère à vendre peut sembler ardu, mais il est encore possible d’en trouver dans les Hauts-de-France. Dans l’Aisne par exemple, autour de Saint-Quentin. Le charme de l’ancien à deux heures de Paris est encore accessible.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp